Démocratie, élite libérale et peuple, l’impossible union

La barricade à la Porte St Denis – Nicolas Edward Gabé

L’adoption d’une loi nauséabonde qui a pour objet en façade la protection des principes républicains mais qui dans les faits, permet de pouvoir stigmatiser une partie de la population déjà marginalisée tout en armant toujours plus la république libérale remet encore une fois en cause les bienfaits de notre système politique. L’Assemblée nationale qui doit permettre de représenter l’ensemble des Français dans leur diversité n’est pas vraiment virulente ou alors simplement en façade et entre bons démocrates on sait s’entendre. Cette situation pose énormément de question, sur le peuple, la gauche et la démocratie. Mais alors, pourquoi la république libérale et la démocratie représentative sont-elles nos ennemies ?

En heure de grande écoute sur France 2, à la télévision publique, Marine Le Pen et Gerald Darmanin se font face. L’actuel ministre de l’intérieur doit vendre son projet et montrer qu’il a pour but de protéger notre belle démocratie. Marine Le Pen, démocrate revendiquée joue l’apaisement, au point de voir Darmanin lui reprocher sa mollesse. Sur une célèbre chaine d’info en continu, la ministre de l’enseignement supérieur, pas honteuse de la situation des universités, de la souffrance des étudiants ou de la précarité des profs, parle du mal que représente l’Islamo-Gauchisme pour les études supérieures et les travaux universitaires. Dans une démocratie de moins en moins libérale mais toujours plus autoritaire, ces sorties ne sont pas des couacs, elles permettent d’affirmer que ce système de gouvernement nous veut du mal.

Lire la suite

Le bien commode adversaire (à propos du complotisme et de ses utilisations)

Conference at night – Edward Hopper

Voilà bientôt une année que la France vit sous la menace du Covid-19 et de ses implications en termes de mesures sanitaires mais aussi de libertés publiques. Depuis un peu plus d’un mois, le pays tout entier est forcé de suivre le couvre-feu à 18h, ce qui ne manque pas d’avoir des effets psychologiques délétères sur beaucoup de personnes. La situation que nous vivons depuis des mois maintenant – et peut-être pour un certain temps encore – couplée à l’arrivée des différents vaccins a donné lieu à de multiples théories complotistes et conspirationnistes.

Bien sûr, il serait erroné de dire que c’est le nouveau coronavirus qui a crée la dynamique complotiste. Il n’en demeure pas moins vrai que la période que nous traversons a été un formidable accélérateur pour lesdites théories pour des raisons diverses qu’il s’agit de regarder en face pour peu que l’on souhaite être conséquent sur le sujet. Lutter contre les théories du complot et contre ceux qui les fabriquent ne se départit effectivement pas de cette obligation simple mais souvent négligée : réfléchir au niveau des structures et mener ce qui s’apparente bel et bien à une forme de bataille culturelle.

Lire la suite

La fausse route (sur la notion de folie en politique)

Stanczyk – Jan Matejko

Il y a quelques jours, Joe Biden a pris ses fonctions en tant que 46ème président des États-Unis d’Amérique. Plus que la joie, pour beaucoup, sa victoire s’est apparentée à un soulagement et le fait que Donald Jr. Trump ait accepté de transmettre le pouvoir pacifiquement après les évènements du Capitole a renforcé ce sentiment. D’aucuns expliquent que la page du trumpisme est définitivement tournée – même si au vu du nombre de suffrages récoltés par le désormais ex-président cela parait bien présomptueux – et que le pays va désormais pouvoir reprendre une marche normale.

Normale, le mot est important. En effet, tout au long du mandat du magnat de l’immobilier un certain nombre de critiques sont revenues de manière sempiternelle. Le traitant tantôt de dérangé tantôt de fou, nombreuses ont été les analyses – notamment de ce côté-ci de l’Atlantique – à résumer les prises de décision de Trump comme l’émanation d’un fou qui aurait soudain pris le pouvoir dans le pays le plus puissant du monde. Que la chose se soit produite aux États-Unis est particulièrement intéressant dans la mesure où, en tant que première puissance tant militaire qu’économique, ce pays peut permettre d’ouvrir largement le débat sur la folie en politique, cette notion souvent utilisée à l’emporte-pièces.

Lire la suite

Youpi ! Canal + sauve son système et après ?

Le soulèvement – Honoré Daumier

Après une semaine encore riche en émotion, Canal + a annoncé avoir signé un accord après des négociations de gré à gré avec la LFP pour diffuser la fin de saison de la L1. Ce choix a été salué par la critique, permettant à la chaine cryptée de faire un coup de maitre en diffusant à moindre coup un produit phare de sa grille et à la LFP de faire rentrer de l’argent dans la caisse des clubs. Cependant, suffisant pour permettre la permanence du système en place ? Rien n’est moins sûr.

Par un tweet assez classique, Maxime Saada, le PDG ou CEO pour les anglophones (ou les bandeurs du libéralisme) de C+ officialisait le retour de la L1 « à la maison ». Exclu du dernier appel d’offre qui avait vu Mediapro faire péter les revenus, hypothétiques, Canal était passé par la petite porte pour pouvoir diffuser quelques matchs de L1 via la location du fameux lot 3 remporté par BeIN sport. Après de longs mois à attaquer la LFP, le prix trop cher de ces droits et prévoir la chute de Mediapro, C+ est revenu dans la danse pour sauver le football français après l’avoir fait grandir, cependant, peut-on être satisfait ?

Lire la suite

L’autre lutte des classes (sur la culture légitime et les cultures populaires)

L’école d’Athènes – Raphaël

Depuis quelques semaines, la série Lupin estampillée Netflix connaît un succès mondial, une première pour une série française produite par le mastodonte étatsunien. Si les polémiques pestilentielles et racistes qui l’ont entourée (et continuent de le faire) disent bien quelque chose de la société dans laquelle nous vivons, ce sont bien plus les réactions de mépris à l’égard d’une série accusée d’abaisser l’œuvre de Maurice Leblanc qui m’intéressent ici. Un nombre conséquent de personnes se sont effectivement saisies de l’occasion pour agonir les cultures populaires, présentées comme moins noble que la culture légitime (musée, classiques littéraires, etc.). Bien évidemment, Lupin n’est qu’un prétexte et ce mépris de classe généralisé parmi les membres des classes supérieures – et moyennes-supérieures, ceci est important – s’exprime régulièrement de manière plus ou moins dissimulée.

Les confinements successifs ont en quelque sorte joué le rôle de révélateur et de catalyseur de cette dynamique. L’appel à l’ouverture des librairies « parce que la lecture c’est essentiel vous comprenez » de la même manière que le retentissement causé par le partage par France Culture d’une émission où Bourdieu expliquait que le musée était une manière de se distinguer pour les classes supérieures sont là pour en témoigner. L’on pourrait voir dans ce sujet qu’une sorte de débat d’arrière-garde, n’intéressant que quelques personnes. Je crois au contraire que cette opposition entre la culture bourgeoise et légitime d’une part, les cultures populaires d’autre part participe grandement de la lutte des classes et a certainement pour effet d’être l’une des causes interdisant le renversement de l’ordre établi.

Lire la suite

OM : Supporters, seulement fautifs ou complices ?

Grève à Saint Ouen – Paul Louis Delance

Samedi alors que le ciel est menaçant sur Marseille, la rumeur qui commençait à prendre de l’importance, au point que l’Equipe en parle, devient réalité. Un groupe, difficilement identifiable, de plusieurs centaines de personnes se retrouve sur le chemin sinueux qui mène à la Commanderie. La manifestation pour protester contre la politique de JHE et de McCourt est la suite logique d’une campagne d’affichage de banderoles hostiles aux deux dirigeants dans la ville. Cette fois, l’idée est de montrer physiquement le mécontentement. Depuis, les médias dominants ont fait leur choix, Jacques Henri Eyraud est monté sur ses ergots et ne fait qu’attiser le mécontentement. Retour sur une situation qui ne pouvait pas finir bien.

Le mécontentement n’est pas nouveau du côté de Marseille, les supporters et plus largement les groupes ultras ou non qui animent le Vélodrome et se déplacent un peu partout en France et en Europe pour pousser leur équipe en ont marre de la gestion et de l’attitude JHE. À l’image des Bukaneros, le président de l’OM comme celui du Rayo est grimé en Mickey Mouse. Le torchon brûle à Marseille, mais les tensions sont fortes ailleurs. Nantes ou encore Bordeaux récemment, les supporters ne sont plus aussi réceptifs qu’avant au discours de père Noël des propriétaires de club ou de leur marionnette. Les supporters marseillais ont décidé de passer à l’action. Quitte à mourir, autant le faire dignement.

Lire la suite

Guerre d’Algérie : Quelle histoire, quel récit, quel avenir ?

Alger, le port – Maurice Boitel

Il y a maintenant plus d’une semaine, le rapport commandé par l’Elysée à l’historien Benjamin Stora pour « dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie » a été remis à Emmanuel Macron. Depuis son déplacement en Algérie en tant que simple candidat à la présidence, il avait qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité ». Depuis l’actuel pensionnaire de l’Elysée manie l’histoire à sa sauce et donne l’impression de vouloir dire ce que son public veut entendre plutôt que de faire preuve de cohérence. Ce rapport commandé à un expert de la guerre d’Algérie et de son traitement a permis de remettre une pièce dans la machine médiatique et politique. Au final, pour pas grand chose ?

Les propositions de Benjamin Stora compilées dans son rapport plaident pour un meilleur traitement de la question de la colonisation et sur la lutte émancipatrice algérienne. L’ouverture des archives, des bourses pour que des chercheurs algériens puissent y avoir accès et produire des textes ou mémoire, un meilleur traitement de ces sujets à l’école mais aussi une volonté de mieux commémorer ou honorer certains groupes, dates ou morts, voila un petit exemple des préconisation de l’historien. Dans l’ensemble, Benjamin Stora demande que la république change totalement son fusil d’épaule sur ce sujet et assume ses fautes, ses exactions et le traitement qu’elle a infligé à une large de la population qu’elle avait sous sa responsabilité. Un vœu suffisant pour réellement changer la donne dans la vie des gens et surtout de ceux qui subissent encore des discrimination ? Le doute est grand.

Lire la suite

Misère de la politique associative (à propos des associations et de la sous-traitance de la misère)

Une rue de Paris en mai 1871 – Maximilien Luce

Il y a quelques jours, nous avons vu circuler sur les réseaux sociaux les images de dizaines d’étudiants faisant la queue pour recevoir de l’aide alimentaire. Si le sort des étudiants est aujourd’hui plus particulièrement mis en avant tant leur détresse (psychologique, sociale, matérielle notamment) est parvenue à un stade avancé, c’est bien une part substantielle de la population qui se retrouve encore plus dans le dénuement du fait de la crise sanitaire consécutive à la pandémie de Covid-19. De Marseille, où les bénévoles de l’après-M distribuent des denrées alimentaires et tentent de permettre aux enfants de familles modestes de partir en vacances, à Grenoble, où les étudiants ont recours à l’aide alimentaire de manière soutenue, en passant par la Seine-Saint-Denis, c’est bien dans toute la France que la misère explose depuis bientôt une année. Explose, le mot est important. La crise sanitaire n’est effectivement pas venue bousculer une société où tout le monde mangeait à sa faim.

Le covid-19 et les politiques publiques mises en place depuis ont rendu encore plus dramatique une situation qui n’était déjà pas au beau fixe – il est important de conserver cela en tête pour se garder de la croyance selon laquelle, une fois le nouveau coronavirus jugulé, la vie reprendrait son cours dans le meilleur des mondes possibles. À la crise sanitaire déjà présente et à la crise sociale aggravée risque fort, sauf retournement de modèle hypothétique aujourd’hui, de succéder une crise économique qui fera encore grimper la misère (les PGE s’arrêteront, le report de la date de fin de droits des personnes en situation de chômage également pour ne citer que les éléments les plus tangibles) et de ce fait, les associations qui luttent contre la misère la plus crue seront certainement sollicitées comme jamais. Ces mêmes associations qui semblent être la roue de secours du capitalisme mais qui participent à sauver des vies, tel est leur fardeau.

Lire la suite