De l’importance d’être ambitieux

Autoportrait – Gustave Courbet

C’est en même temps, deux sujets qui occupent les médias en ce moment et notre quotidien depuis un long moment : la nuance et le compromis. Ces deux termes, qui sont rarement assumés, mais en même temps sont la base de l’argumentaire politique des sociaux-démocrates. Dans notre volonté de vouloir les contrer, de les combattre, mais surtout de remettre sur le devant de la scène politique des sujets qui comptent pour nous, ces termes questionnent. Quand eux mettent en avant leur nuance et de compromis, nous nous devons d’être ambitieux, utopiques pour espérer avoir les solutions les plus acceptables pour nous. Explication.

C’est Étienne Klein sur Brut avec une vidéo intitulée : l’importance de la nuance d’un côté, et Jean Birnbaum avec un livre appelé Le courage de la nuance et une tournée des médias qui ont remis cette notion sur le devant de la scène. Ces deux intellectuels, font de la nuance le cœur de leur propos, pour faire simple, ne pas tomber dans les extrêmes et ou la radicalité des positions (une chose encouragée par les réseaux sociaux selon eux, notamment) et nuancer le propos pour le garder le plus modéré possible est une chance et une preuve de courage. À première vue, on se dit que pourquoi pas, mais finalement, on se dit que vouloir être modéré, c’est obligatoirement être complaisant avec le pouvoir en place et les idées politiques hégémoniques. Comment vouloir amorcer un changement en étant modéré ? La réponse est simple : c’est impossible.

Ne pas accepter leur nuance

C’est intéressant de recontextualiser cette offensive du parti de la nuance. Il intervient dans la confirmation de la politique Macronique, de la volonté de persévérer dans le néolibéralisme avec de l’austérité pour les pauvres et des cadeaux pour les plus riches, pour les bienfaits de la macroéconomie. Le contexte social est certes tendu, et le pays semble de plus en plus mur pour un nouveau mouvement social majeur et à une proposition de société différente. Cette demande de nuance intervient maintenant, alors que les idées de gauche sont absentes du débat quotidien, mais alors que les idées racistes sont véhiculées par de nombreuses personnes depuis longtemps et on tolère des saillies scandaleuses et révoltantes. Il faut refuser d’être rangé dans le même lot que ces racistes, qui ont tenu des positions jugées comme extrêmes ou radicales (alors que c’est simplement du racisme, du sexisme ou autres attaques vers des opprimés).

Dans leur différent laïus, les deux porte-voix de la nuance dans les médias ne nomment personne, et restent assez évasif sur les radicalités qui seraient à combattre alors qu’on a des exemples assez régulièrement dans les médias même à l’assemblée nationale ou au sénat. C’est deux personnes ne se mouillent pas, entretenant donc la fameuse théorie du : les extrêmes se rejoignent ou se nourrissent et en épargnant le parti de la réalité, qui prend des décisions sans idéologie, mais avec le sens de la responsabilité : LREM. Pourtant, il parle du courage que peut porter la nuance, ce qu’on ne remarque pas dans leur propos, qui reste assez théorique et sent bon la branlette intellectuelle.

Finalement, on remarque bien que ce retour de la nuance sur le devant de la scène, sa fétichisation ne peut servir que la culture hégémonique en France actuellement. Celle qui n’a pas besoin de dire son nom ou de parler d’elle, mais qui a tout intérêt à ne pas permettre l’émergence d’une autre culture. Pourtant, un propos nuancé peut être radical dans son approche. La nuance, comme elle est vendue actuellement est surtout une idée ancrée dans le réel, qui l’accepte et qui est assez tiède finalement en sortie. Nous n’avons pas besoin de ça, au contraire.

Être ambitieux avec fierté

Il faut refuser cette nuance, pas parce que nous portons des idées révolutionnaires ou radicales, mais parce qu’elle est là pour brider notre champ des possibles. Le réel, il nous marque et nous ne pouvons pas nous en détacher, pourtant nous devons le dépasser pour imaginer une société plus juste pour le plus grand nombre. Il est nécessaire d’avoir cette ambition, et de refuser les injonctions du type : mais c’est pas possible, les riches vont fuir ou les gens ne sont pas prêt, au contraire. La nuance ne peut pas être le centre de nos propositions, la nuance on la vit déjà au quotidien, on nous demande de canaliser nos révoltes, nos indignations, de ne pas faire de vagues parce que ce sont des positions peu acceptables socialement.

C’est là le plus important, les porteurs de la nuance, ceux qui s’en drapent n’ont aucune envie de changer le système en plus ou de renverser la culture hégémonique, au contraire. Ils ne sont pas dans ce genre de projet, ils veulent la continuité du système dominant ou peut-être, le mettre à jour sans pourtant trop le changer. Cette social-démocratie ou démocratie libérale, qui veut parler au plus grand nombre dans les mots et termine par servir le plus petit nombre dans les faits est notre ennemi. Nous sommes ambitieux, nous voulons le changement, nous voulons la fin du capitalisme, la fin du chômage de masse, la fin de la pauvreté et que des gens arrêtent de souffrir de la faim ou qu’on vive tous dans un habitat digne. Nous ne devons pas en avoir honte, avoir peur de leur jugement, ils veulent de toute façon nous canaliser et rien d’autre.

Nous devons être ambitieux dans nos propositions, dans nos réflexions, dans nos conclusions et nos analyses, mais aussi dans notre action pratique. Refuser le cadre qu’on nous offre, qu’on nous donne, qu’on nous laisse, le dépasser, essayer en tout cas et tenter au maximum de refuser le respect de l’ordre établi qu’on nous rappelle dès qu’on ouvre la bouche. Encore une fois, c’est en arrivant en étant le plus ambitieux qu’on arrivera à amener nos sujets sur le devant de la scène et reprendre le contrôle du tempo politique. L’ambition doit se sentir dans chacune de nos actes et pensées, et nous devons en être fiers.

Subir le compromis

Cette ambition et cette volonté de rompre avec l’ordre établi n’est pas qu’une position intellectuelle pour se mettre en avant, c’est une nécessité pour faire émerger les politiques publiques et la société la plus juste possible. Dans les faits, cette volonté de vouloir se rapprocher au plus près de nos aspirations, d’être intransigeants ce n’est pas seulement pour être chiant, c’est surtout la meilleure façon d’avoir finalement un impact sur nos sociétés qui nous rend fier. Nous voulons changer les choses, si nous partons avec des propositions molles, déjà nuancées et qui seront par la suite concassées par nos alliés ou par l’opposition, le résultat sera obligatoirement très décevant.

Nous devons être ambitieux, rêver fort et surtout loin, avoir une politique ambitieuse, une vision pour la société la plus utopique possible. Finalement, nous subirons le compromis, parce que c’est nécessaire pouvoir vivre dans une société apaisée, mais nous ne devons pas fétichiser la nuance et accepter cette mollesse ou tiédeur. C’est mon cheval de bataille, mais pour avoir l’impact le plus grand, le résultat le plus proche de nos attentes, nous devons viser le plus loin possible, vraiment. Refuser la nuance, encourager l’ambition et accepter le compromis, tout simplement.

Benjamin Chahine

Un commentaire sur “De l’importance d’être ambitieux

  1. […] Comme depuis près de deux siècles, le communisme est assurément la meilleure voie possible pour répondre à cet objectif. Communisme, le gros mot a été prononcé. Il convoque aussitôt l’imaginaire soviétique, le goulag, les pénuries et toute la cohorte d’images que se plaisent à colporter les capitalistes sur le sujet. Pour autant, les socialismes réels (de la Chine à l’URSS en passant par tout un tas de déclinaison) n’avaient pas grand-chose à voir avec le communisme, si peu qu’ils n’en ont jamais assumé le nom. On ne se relève certes pas facilement d’une telle falsification mais le temps est venu de sortir de ce grand mensonge. L’heure n’est plus aux demi-mesures mais bien à la radicalité. […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s