Manifeste

Le golfe de Marseille vu depuis l’Estaque – Paul Cézanne

Marwen

Lorsqu’on lit, écoute ou regarde quelqu’un il est toujours appréciable de savoir depuis quelle position cette personne s’exprime. Je suis de celles et ceux qui de par leurs études ont fréquenté des milieux auxquels ils n’étaient pas destinés (mais qui ne sont, selon l’excellente formule de Medine, ni une excuse ni un exemple). D’un milieu populaire de Marseille que je continue à fréquenter à une grande école de commerce, le vertige peut être grand. Ce parcours de vie m’apparaît plutôt comme une richesse et m’offre, je crois, une position privilégiée pour deviser sur la politique au sens large – à savoir la vie de la Cité. Ce voyage entre plusieurs milieux a renforcé ma conviction qu’il fallait s’engager pour changer collectivement les choses. Couplé à mes multiples passions pour le sport, la lecture, la politique ou la culture, cet engagement a donné naissance à ce blog au cœur de l’été 2015, en plein milieu de la crise grecque. Depuis peu, nous avons lancé avec Benjamin, l’un des autres rédacteurs de ce site, une émission pour participer à cet effort collectif qu’est la bataille des idées pour la gauche. Souvent lorsque l’on produit du contenu politique la question de ceux qu’on prétend représenter arrive vite. Je n’ai la prétention de représenter personne sinon ceux et celles qui se sentiront représentées par mes prises de position.

Me plaçant sous le patronage d’Albert Camus, mon auteur favori, je peux dire  qu’il y a du provisoire dans ma démarche : on ne saurait préjuger de la position qu’elle engage. Veuillez donc prendre chacun des billets présents sur ce blog pour lui-même mais surtout comme un tout dans une « oeuvre » (ou plutôt une réflexion). C’est pourquoi il se peut que certains éléments ne soient pas évoqués dans tel billet car ils ont déjà été traités par le passé ou qu’ils le seront dans un avenir plus ou moins proche. Cette démarche implique également que mes positionnements peuvent évoluer et changer, parfois radicalement, avec le temps. À cet égard ce sont donc les billets les plus récents qui sont les plus fidèles à ma pensée actuelle. Chacun d’entre eux reflétant ce que je suis au moment où je l’écris, ils évoluent tout comme ma pensée évolue. Il peut donc m’arriver de me contredire, de changer d’avis, bref de grandir. Il me serait possible de supprimer au fur et à mesure les billets pour cacher d’anciens positionnements. Ce serait une solution de facilité et participerait à construire le mythe d’une pensée qui ne se construit pas de manière dynamique, ce à quoi je me refuse. Croyant fermement à l’importance de l’éducation populaire et donc à la remise en question de nos propres convictions, supprimer les anciens billets reviendrait à trahir cette conviction.

Fidèle au discours de Suède de Camus je place mon engagement dans les pas du sien et tente d’appliquer ses préceptes: au service de ceux qui la subissent plutôt que de ceux qui font la grande Histoire, les lignes que vous lirez ici sont sans concession pour les puissants et si, parfois, elles peuvent paraître outrancières, je les crois toujours justes parce qu’elles s’appliquent à honorer un double engagement pas toujours facile à tenir: le refus de mentir sur ce que l’on sait et la résistance à l’oppression.

Je crois que l’objectivité est un mythe donc tout ce que vous lirez au fil de mes lignes n’est que mon avis personnel. Je ne crois pas à la vérité révélée en politique, il y a toujours plusieurs chemins possibles, je ne fais qu’en proposer et en emprunter un. Engagés, assurément, mes billets, je l’espère, n’en sont pas moins dépourvus de rigueur intellectuelle et exempts de sophismes et autres effets de style qui, malheureusement, servent souvent à masquer la vacuité de la pensée. Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti, ainsi que le rappelle la phrase de Camus mise en exergue de ce blog et qui guide mon engagement. Cette rigueur intellectuelle m’oblige ici à dire que je n’ai pas de programme clé en main à proposer, je n’ai pas cette prétention et que s’attaquer à un système aussi bien implanté qu’est celui du capitalisme nécessite du temps et du travail de théorisation auquel mes écrits, je l’espère, prendront leur modeste part.

Bonne lecture sur ce blog et n’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de mes textes ou à débattre, c’est aussi pour ça que j’écris.

Ben

Je fais partie de ceux qui ont été pendant longtemps éloigné de la vie politique, des débats et de sa réflexion. Je suis originaire d’une famille déchirée. Des grands parents originaires de l’Anjou, une mère qui quitte mon géniteur alors que j’étais encore jeune, et puis très vite : des responsabilités. Durant un long moment, j’ai subi ma vie. Ma mère, mon frère avaient besoin de moi, notre trio sans figure paternelle s’est construit loin de toute attache familiale. Ma mère ayant fait le choix (très bon choix) de quitter sa région parisienne pour Marseille, pour repartir du bon pied.

Durant un long moment j’ai été cette personne qu’on attendait, celle qui répondait aux attentes sociale sans faire de vagues, et puis j’ai pris un premier virage surprenant. Quitter le cercle linéaire des études dès la 3e pour la filière professionnelle. Un BEP dans un lycée côté du 8e arrondissement, à quelques pas du parc Borély et de sa plage. Puis un Bac Pro au Lycée Nord, entre Campagne Lévèque et le quartier Consolat dans les Quartiers Nord de Marseille. Pour finir, trois semestres à l’IUT d’Aix en Provence avant de rentrer dans la vie active pour quitter un job alimentaire que je devais avoir en parallèle de mes études. Un parcours sinueux mais émancipateur, qui m’a permis de cisailler une conscience politique avant même de m’en rendre compte.

J’ai ensuite ressenti le besoin d’écrire, d’abord pour parler de ma passion pour le football dans un blog anonyme, puis de faire parti de l’aventure toujours en cours Furialiga. Tout d’abord descriptifs, mes articles sont devenus plus acerbes, avec une volonté de sortir de l’analyse simpliste du football qui ne serait qu’un sport populaire qui ne véhicule rien d’autre que du jeu. J’avais envi de dire des choses qui avaient du sens. Je ressens souvent cette peur de dire des choses dans mes échanges, et elle me gène. Une envie de décrire des ressenties, des pensées et me servir du football comme porte d’entrée pour parler d’autres sujets, tout en parlant de ceux n’ont que trop rarement voix au chapitre.

Ma citation préférée est celle de Robert Louis Stevenson : « L’important, ce n’est pas la destination, c’est le voyage. » Les rencontres m’ont permis d’arriver sur ce site, et de pouvoir y coucher sur papier mes réflexions, sur des questions aussi variées que le football, l’économie, la sociologie ou la pratique de la politique. On ne parle pas de politique, on en fait. Je suis aussi une personne qui doute beaucoup, qui se remet en question et qui regarde avec un oeil critique sa pratique, ses idées et ses analyses. Educateur dans une association, je le suis aussi dans un club de foot auprès d’enfants. Je suis aussi syndicalisé et représentant du personnel dans ma boite. J’écris et je pratique au quotidien le rapport de force avec les dominants, les possédants, les patrons, les employeurs (entourer le terme que vous préférez). Pour moi, ce sont tout simplement des ennemis.

Mes productions ne sont qu’une version de moi à un certain moment de ma vie. Il est probable que j’évolue et que donc mes papiers ne reflètent plus le changement de ma sensibilité à certains sujets. Cependant il n’est pas question de supprimer et d’éditer pour changer le fond des papiers. J’accorde une grande importance à l’honnêteté intellectuelle. Je pense qu’il est important de défendre ceux qui ne sont que trop rarement défendu dans notre monde.

Comme vous pouvez le remarquer, je ne suis pas le plus à l’aise pour parler de moi, de mon parcours ou de mes productions diverses. Vous pourrez cependant me lire et m’entendre un peu partout ici ou sur Twitch via Le grand soulèvement. Au plaisir de discuter et vive les jours heureux.

Evan

Passionné de débat d’idées, premièrement par l’intermédiaire du football, puis par la vie politique au sens large, j’ai commencé à lire ce blog (sous son ancienne appellation) lors de l’émergence de Nuit Debout.

Par la suite, je me suis abonné à Mediapart puis au Monde Diplomatique. Avec Alternatives Economiques, ces médias, demeurent, à mes yeux, des ressources de très bonne qualité pour s’informer sur le monde qui nous entoure.

Très rapidement, je me suis intéressé à la structure de la vie politique et médiatique et donc à la question de l’indépendance des médias, notamment via l’excellent ouvrage de Laurent Mauduit (Main basse sur l’information).

Partant de ces constats j’ai eu envie de prendre part à cette construction d’une information indépendante en rejoignant divers projets à mon échelle (Au Premier Poteau, Tout Le Monde s’en Foot et désormais ce blog).

Avec Benjamin et Marwen je m’inscris donc dans cette logique de média alternatif à mon modeste niveau et j’espère contribuer à produire du contenu de qualité et accessible à toutes et à tous.

36 commentaires sur “Manifeste

  1. Bonjour,

    Je souhaite vous contacter pour Le Huffington Post (proposition de crosspost de votre billet).

    Je vous laisse reprendre contact avec moi, je renseigne mon email dans les informations de ce commentaires.

    Bien à vous,

    Marc Botte

    J'aime

  2. Bonjour ! J’aimerais vous interviewer, si possible en vidéo, suite à votre participation au débat avec François Hollande, pour avoir votre ressenti sur l’émission et le processus. ça peut être l’occasion de présenter vos blogs et votre vision des choses. On peut se rencontrer dès aujourd’hui ou demain à Nantes si vous êtes d’accord. Merci.

    J'aime

  3. Monsieur

    Fondateur du blog « http://rouletabille.fr/ » j’ai pour projet de créer un e-journal totalement indépendant où chacun écrirait comme bon lui semble. A la lecture de votre récent billet j’ai été agréablement surpris par la fluidité de celui-ci et les questions de fond qu’il posait.
    Je pense que la solidarité entre bloguers est importante, parfois même, fondatrice. C’est en ce sens que je vous contacte pour peut être dans un futur proche écrire ensemble.

    Email : contact@rouletabille.fr

    J'aime

  4. Hello Marwen,

    déjà envisagé de faire une version anglophone de ton blog pour les articles qui dépassent quelque peu la sphère franco-française ?

    si un coup de pouce pour traduire t’intéresse, au cas où, ma porte est ouverte.

    J'aime

  5. Bonjour,

    Je tiens à vous remercier de tenir ce blog sous la belle « vigilance » d’Albert Camus. Il est également mon auteur favori car en plus de son immense talent il se trouve que je suis né à quelques pas de chez lui, à Belcourt. Mon père est allé à l’école avec lui et ma grand mère connaissait bien sa mère.
    Merci encore et surtout continuez.
    Henri

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s