Nauséabondes complicités (à propos des incidents de Nice-OM)

Le serment des Horaces – Jacques-Louis David

Dimanche soir, aux alentours de 22h15, Dimitri Payet se présente au poteau de corner gauche situé devant le virage Sud de l’Allianz Riviera, la tribune occupée par les Ultras Populaire Sud, le principal groupe de supporters de l’OGC Nice. Comme depuis le début du match et quelques instants auparavant sur un corner précédent, des projectiles – principalement des bouteilles pleines – se mettent à pleuvoir à destination du joueur marseillais. L’une d’elles le touche violemment et le fait s’écrouler par terre, ce qui n’empêche pas les projectiles de continuer à lui arriver dessus. La suite est désormais tristement devenu mondialement célèbre, le numéro 10 olympien se relève, renvoie deux bouteilles dans le virage et le terrain est envahi par plusieurs dizaines de supporters niçois prêts à en découdre.

Mercredi soir, les deux clubs étaient convoqués devant la commission de discipline de la LFP et, sans grande surprise, celle-ci a fait le choix de prononcer un huis-clos d’un match pour le stade niçois puis de mettre en instruction le dossier. Nous ne connaîtrons donc que dans une dizaine de jours le résultat du match ainsi que les sanctions prononcées à l’égard des différents acteurs de ce qu’il s’est passé. En attendant, il est déjà possible de sortir du cadre du football et de tenter d’expliquer à quel point cette triste soirée d’août restera assurément dans les annales comme l’une de celles où le football aura illustré un grand nombre des maux de notre société actuelle : gestion désastreuse des autorités, police complice, impunité quasi-totale à l’égard de l’extrême-droite, mépris souverain de l’éthique la plus élémentaire, etc. En d’autres termes, dimanche encore plus que d’habitude, le football a été éminemment politique. C’est donc bien sur ce terrain qu’il faut porter le principal combat.

Lire la suite

Racisme dans le football : l’impasse ?

La Parabole des aveugles – Pieter Brueghel l’Ancien

C’est un des nombreux maux qui gangrènent notre société et logiquement le football : le racisme. La lutte contre ces actes révoltant n’est pas une chose aisée, loin de là. Pourtant au fil du temps, les instances du football ont pris le problème à bras le corps, en tous cas en apparence, des campagnes d’affichage, des badges ou simplement une volonté de libérer la parole des différents acteurs. Mais en 2021, cette lutte semble être dans une impasse. Réflexions et perspectives, pour sortir toujours plus de ce sentiment d’impuissance.

De plus en plus souvent, les joueurs ont compris qu’ils ne devaient plus faire confiance aux instances et qu’ils devaient agir par eux-mêmes. C’est pour cela que certaines équipes se mettent à rejoindre les vestiaires quand en plein match, un acte raciste est entendu. C’est ce qui est arrivé lors du match Cadiz-Valence comptant pour les 29e journées de Liga. Peu avant la demi-heure de jeu, Diakhaby explose, il est en rage et semble vouloir s’expliquer avec Juan Cala. Tout s’emballe, après une discussion entre Gabriel, le capitaine des Blanquinegro et le défenseur français, les joueurs de Valence décident de rejoindre les vestiaires. On se rend rapidement compte que c’est pour protester contre un acte raciste.

Lire la suite

Les liaisons dangereuses (à propos des rachats de clubs)

Télémaque et les nymphes de Calypso – Angelica Kauffmann

Depuis quelques semaines, voire mois, le serpent de mer de la #VenteOM revient régulièrement sur le devant de la scène. Sur les réseaux sociaux bien entendu mais également dans les médias puisqu’un certain nombre d’articles ou d’interviews à ce propos ont vu le jour ces derniers temps. S’il ne m’appartient pas ici de parler de ce sujet propre – pour la simple et bonne raison que je n’ai absolument aucune information à ce propos – les réactions aux rumeurs de vente paraissent être une très bonne porte d’entrée pour s’intéresser aux rachats de clubs et aux débats qui leur sont afférents.

Le point commun des différentes rumeurs de vente du club est effectivement qu’elles placent toutes l’acheteur potentiel dans le pourtour arabo-musulman. La plus relayée d’entre elles évoque l’intérêt du prince Al-Walid ben Talal Al Saoud ce qui n’a pas manqué de provoquer des réactions goguenardes, consternées ou exaltées selon les personnes. Les critiques parfois très puissantes à l’égard d’un potentiel rachat par ce personnage semblent être révélatrices de bien des biais qui parcourent les commentaires dès lors que l’on aborde la question des rachats de clubs.

Lire la suite

La grande défaite (à propos de l’islamogauchisme et de la gauche)

Une rue de Paris en mai 1871 – Maximilien Luce

Depuis quelques jours, le débat autour de l’islamogauchisme tourne à plein régime. Mis en avant au coeur d’une séquence clairement rance – débat de Gérald Darmanin avec Marine Le Pen, adoption du projet de loi prétendant renforcer les principes républicains, etc. – par Frédérique Vidal, il est vu par un certain nombre d’analystes, y compris à gauche, comme un moyen de faire diversion. L’on nous explique que c’est là l’occasion, pour le gouvernement, de faire oublier la situation de détresse des étudiants en même temps qu’un moyen pour que les médias parlent d’autre chose que de la gestion catastrophique de l’épidémie de Covid-19. 

A cet égard, il faut bien reconnaitre que le gouvernement a atteint son objectif (si tant est qu’il était bien celui-ci) dans la mesure où le débat public s’est focalisé sur le sujet depuis les sorties répétées de la ministre de l’Enseignement supérieur si bien que France Info a commandé un sondage à son propos – l’occasion de rappeler que les sondages servent bien moins à prendre la température de l’opinion comme on l’entend souvent qu’à l’influencer. Toutefois, n’y voir qu’un moyen de diversion est assurément un moyen de passer à côté d’une froide réalité, celle du positionnement de plus en plus ouvertement raciste du pouvoir en place. Cette séquence politique illustre une nouvelle fois à merveille comment la gauche est condamnée à la défaite culturelle si elle se contente de réagir. 

Lire la suite

C’était mieux avant ? (sur les risques de la nostalgie)

Au temps d’harmonie (L’âge d’or n’est pas dans le passé, il est dans l’avenir) – Paul Signac

Dans la Grèce et la Rome antiques, un mythe a contribué à structurer les pensées : celui des âges de l’humanité. Formulé pour la première fois par Hésiode dans Les Travaux et les Jours, celui-ci est censé expliciter les raisons de la déchéance des humains. Le poète y explique effectivement que le premier âge était d’or puis que quatre autres se sont succédé pour enfin arriver à celui de fer. Cette croyance a, depuis, traversé les époques si bien que les vertus de la nostalgie sont, encore aujourd’hui, bien défendues par beaucoup. L’on nous explique que tout le monde a la capacité de comprendre ce phénomène puisque nous faisons tous, ou presque, l’expérience de ces charmes lorsque l’on repense à notre enfance et que l’on embellit certains éléments de notre passé.

Politiquement, cet attrait de la nostalgie se matérialise assurément par la célèbre formule affirmant que c’était mieux avant. Si celle-ci a souvent été l’apanage des conservateurs ou des réactionnaires, la violence du néolibéralisme depuis le tournant des années 1970-1980 (nous y reviendrons), a induit l’apparition de ce sentiment y compris au sein de certaines parties de la gauche. On nous explique alors qu’il faut courir vers ce passé ensoleillé pour oublier la nuit noire et menaçante dans laquelle nous sommes plongés. Je crois pourtant qu’en plus de colporter une idée fausse, cette position contribue à nous paralyser dans les luttes.

Lire la suite

L’escalier infernal (à propos de Samuel Paty)

Bâteaux de pêche hollandais dans la tempête – J.M.W Turner

Le 16 octobre dernier, alors qu’environ un tiers des Français s’apprêtaient à entrer dans une période de couvre-feu en raison de la recrudescence du coronavirus, c’est tout le pays qui s’est soudainement vu placer sous une chape de plomb. L’assassinat sauvage de Samuel Paty par un jeune homme fanatisé a effectivement convoqué des souvenirs douloureux des attentats de 2015 et 2016. Quasiment un an jour pour jour après l’attaque au couteau effectuée par Mickaël Harpon au sein de la préfecture de police de Paris, un professeur d’histoire a été décapité – ce qui n’est pas sans ajouter de l’horreur à l’horreur – pour avoir projeté à ses élèves des caricatures tout en prenant soin de proposer à celles et ceux qui pourraient se sentir choquer de sortir de la salle.

Après Charlie Hebdo, après l’Hypercasher, après le Bataclan, après un religieux, après la promenade des Anglais, après bien d’autres cibles c’est désormais l’école et l’enseignement de l’esprit critique qui ont été pris pour cible. Il y a un an, après l’affaire Mickaël Harpon, nous avions assisté à une forme de folie vengeresse bien loin de la rationalité que nécessite un tel combat face aux terroristes. Aujourd’hui, la dynamique semble aller encore plus loin. Quelques jours avant le lâche assassinat de Samuel Paty, le débat public avait effectivement été focalisé sur la question du séparatisme. Ce drame a ainsi donné une latitude presque totale aux tenants des solutions extrêmes et de la haine à l’encontre non seulement des musulmans mais plus largement de toutes celles et ceux qui défendent leurs droits à vivre comme les autres en France.

Lire la suite

Les conditions du pire (à propos de Mickaël Harpon et de l’hystérie française)

Le 3 octobre dernier, la France était une nouvelle fois saisie de stupeur et d’horreur lorsqu’un fonctionnaire de la préfecture de police, Mickaël Harpon, a attaqué au couteau certains de ses collègues et tué quatre personnes avant d’être abattu. Si les circonstances exactes n’étaient pas encore totalement déterminées – des doutes subsistent d’ailleurs encore aujourd’hui – l’état de sidération a été grand dans le pays. Après les douloureux et terribles attentats de 2015 qui avaient installé la possibilité d’attentats d’ampleur sur le territoire français puis celui de Nice en 2016 qui a élargi les zones menacées à toute la France, cette attaque de la préfecture de Paris, commise par un membre ayant accès à des informations plus que sensibles, matérialise la pire crainte des services secrets français, celle d’être infiltrée et intoxiquée.

Quand bien même toute la clarté n’a pas été faite sur ce qu’il s’est produit à la préfecture de Paris – les commissions d’enquête permettront, espérons-le, d’avancer ce travail de clarification – une forme d’hystérie s’est emparée du pays et de ses irresponsables responsables politiques. De Macron à Castaner en passant par les multiples sorties outrancières de personnes issues de tout l’échiquier politique ou presque, il est euphémique de dire que la France actuelle a l’air bien usée et prête à sombrer dans une forme de folie vengeresse qui ne peut qu’aboutir au pire. Se faisant face, les actes de violence ou de terrorisme issus de Daech et de ses avatars d’une part et les condamnations profondes, nombreuses, haineuses, racistes de toute une partie de la France à l’égard des musulmans ou des personnes apparentées comme telle nous enferment progressivement dans une mâchoire d’airain absolument effrayante en cela qu’elle concourt à mettre en place les conditions du pire.

Lire la suite

Israël, la grande clarification

Hier se tenait à la Knesset – le parlement israélien – une session extraordinaire, convoquée par cinquante-deux députés, à propos de la loi sur l’Etat nation juif. Pour bien signifier son dédain suprême et son absence totale de volonté de revenir sur ce texte controversé voté le 19 juillet dernier, Benyamin Netanyahu n’a même pas daigné se déplacer jusqu’au parlement. En dépit de l’opposition farouche des minorités du pays, en dépit du caractère foncièrement raciste de cette loi reconnu par la grande majorité des observateurs, le premier ministre israélien, tout acquis à sa politique de la terre brûlée fait la sourde oreille et entend bien faire montre de toute sa poigne – et de tout son extrémisme au passage – en ne cédant pas d’un iota à la protestation contre une loi marquant tout à la fois une rupture et un approfondissement de logiques qui lui préexistaient.

En position de toute puissance depuis l’arrivée de Donald Trump à la maison blanche et la prise de pouvoir de Mohamed Ben Salmane en Arabie Saoudite, Monsieur Netanyahu entend bien profiter de cette politique raciste et identitaire pour souder une majorité d’Israéliens derrière lui alors même qu’il est au cœur d’une tempête politico-judiciaire depuis maintenant plusieurs mois. Tenants d’une ligne très droitière depuis maintenant de nombreuses années, alliés au Foyer Juif de Naftali Bennett (qui dispose du ministère de l’Education), Netanyahu et son Likoud viennent de franchir l’un de ses seuils qui peuvent entrainer des changements d’ampleur. Les opposants intérieurs du pays ont beau jeu de fustiger la loi sur l’Etat-nation juif mais la réalité des choses est que, pour une bonne part d’entre eux, ils ont largement contribué à l’instauration du climat permettant d’aboutir à ladite loi. Lire la suite

Sexisme et racisme ou la cible perpétuellement manquée

L’éclatement de l’affaire Weinstein aux Etats-Unis et l’onde de choc que celle-ci a constituée sont venus nous rappeler avec force une tendance malheureusement très puissante. Dans la foulée de cette affaire, nous avons effectivement assisté à une véritable libération de la parole des femmes, notamment sur les réseaux sociaux. A travers les hashtags BalanceTonPorc ou MeToo, de nombreuses femmes, célèbres ou non, ont raconté la réalité du sexisme dans nos sociétés. Sans faux-semblants, ces témoignages, par leur ampleur et leur caractère cru, ont fonctionné comme un véritable révélateur d’une réalité trop souvent dissimulée sous le tapis.

Le corollaire de cette libération de la parole a rapidement été la fustigation par toute une partie des éditorialistes et autres chroniqueurs de ce qu’ils se sont empressés de désigner par le vocable de « tribunal populaire ». Rapidement en effet le débat s’est emballé et la stratégie visant à hystériser les discussions l’a emporté sur toute autre considération. Ce procédé n’est pas nouveau et concerne, me semble-t-il, tout autant les questions de sexisme que celle de racisme. La persistance d’une telle manière d’aborder ces questions nous empêche, à mon sens, d’aller réellement au cœur des débats et participe donc continuellement à nous faire manquer la réelle cible qui devrait être atteinte. Lire la suite