11 juillet 1995, l’Europe redécouvre l’effroi

20 ans déjà. 20 ans déjà que 8 372 hommes et adolescents bosniaques ont été massacrés par des unités de l’Armée de la République serbe de Bosnie sous le commandement du général Ratko Mladić au simple motif qu’ils étaient musulmans. Plus de 50 ans après la deuxième Guerre mondiale, ses camps de concentration et sa solution finale, des hommes et des adolescents ont donc été massacrés en vertu d’une «épuration ethnique» menée par des milices serbes. Les Hommes seraient-ils à ce point inhumains pour ne pas apprendre de leur passé ? Il semblerait que oui, malheureusement.

20 ans déjà oui. Mais 20 ans à peine, aussi. C’est quoi 20 ans à l’échelle de l’Histoire ? Rien du tout. Une génération tout au plus. Tout ça pour dire que non, ce massacre n’est pas une péripétie lointaine. A l’heure où les partis d’extrême droite progressent partout en Europe, souvenons-nous de ce massacre motivé par des simples raisons ethniques. De Viktor Orban en Hongrie à Aube Dorée en Grèce, les arguments violents et ethniques sont encore présents en Europe. Si Srebrenica nous rappelle une chose, c’est que la paix est, comme la démocratie, quelque chose d’extrêmement fragile. Lire la suite