Tous responsables de la résonnance de Morano ?

Depuis le 26 septembre dernier et son passage à On n’est pas couché, Nadine Morano est au centre de tous les débats et de toutes les attentions. De son passage sur le plateau de Laurent Ruquier, on n’a retenu qu’une seule phrase : « La France est un pays de race blanche ». Voilà comment huit petits mots ont provoqué un ouragan et placé l’élue européenne au centre de la vie politique française depuis 20 jours. Loin de moi l’idée d’absoudre Nadine Morano mais quand je vois tout le remue-ménage provoqué par son intervention je me dis que nous avons tous une part de responsabilité dans la résonnance qu’a pu avoir Nadine Morano à la suite de ses propos.

Tous les regards se tournent en premier lieu vers les médias puisque la candidate aux régionales a écumé les plateaux télés et les matinales de radio à la suite de son passage dans le talkshow de France 2. Evidemment, les premiers responsables sont les médias qui ont donné une tribune extraordinaire à madame Morano, si bien que ces trois dernières semaines auront été celles où elle a été le plus sollicitée par les médias durant sa vie politique. La course à l’audience et à l’audimat a, bien entendu, participé de cette dynamique. Recevoir Nadine Morano, c’était l’assurance de faire les gros titres. Toutefois, les médias sont loin d’être les seuls responsables. Nous sommes, en effet, tous responsables d’une certaine manière en relayant sur Twitter, Facebook et les autres réseaux sociaux des propos que l’on prétend combattre. Lire la suite