Etre antisystème, c’est déjà être dans le système

De nos jours, on ne compte plus les partis politiques ou même les personnalités affirmant être antisystème. Ainsi en est-il du Front National qui affirme vouloir contrer le système UMPS (ou herpès selon le bon mot de Florian Philippot) ou de Debout la République dont le slogan est « ni système ni extrême ».  A gauche non plus, on ne se cache pas d’être antisystème. Jean-Luc Mélenchon réaffirmait récemment, sur le plateau d’On n’est pas couché, son opposition la plus farouche au système européen mené par l’Allemagne et prônant l’austérité.

Et pourtant, s’élever contre le système revient paradoxalement à le renforcer ainsi que l’a noté Yves-Charles Grandjeat dans L’Autorité en question en 2005. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, être antisystème revient à se retrouver dans le système et à légitimer son existence en s’opposant à lui.  Lire la suite

Le scepticisme et ses limites

A l’heure où de plus en plus de personnes se laissent tenter par la théorie du complot pour contester les faits que les médias nous donnent à voir, le scepticisme semble être l’une des doctrines dominantes, surtout en Occident. Ainsi au moment des attentats des 7 et 9 janvier derniers, nombre de personnes ont contesté la version officielle en pointant du doigt certains éléments qui, selon eux, menaient tout droit à un complot.

Toutefois, souvent sans le savoir, les adeptes de la théorie du complot adoptent une posture sceptique. Comme tout courant philosophique, le scepticisme repose sur de grandes idées et comporte certains paradoxes voire certaines contradictions. Tentative de réflexion sur un courant qui, s’il inspire beaucoup de monde, est souvent mal connu. Lire la suite